• Suivez nous sur :
  • Facebook
  • Print
396251.jpg
Bandes dessinées
396251.jpg

Une aventure de Blake et Mortimer : Le dernier pharaon

scénario, Jaco Van Dormael, Thomas Gunzig et François Schuiten.[d'après les personnages d'Edgar Pierre Jacobs].dessin, François Schuiten.couleur, Laurent Durieu
Bruxelles : Blake et Mortimer, 2019
À partir de 11 ans
Notre avis: 
Cet album, bien que se situant dans la lignée des reprises et continuations de l'0153uvre de Jacobs, est à la fois inattendu et original à plus d'un titre. Contrairement aux titres signés Sente et Juillard, Van Hamme et Benoît..., il ne s'attache ni à un mimétisme graphique ni à situer son intrigue dans les années 1940-1950 et sort assez volontairement du « canon » de la série. Il est, paradoxalement, d'autant plus « jacobsien » que François Schuiten y rend un hommage profond à une 0153uvre qui a marqué sa jeunesse et son style, et qu'il y reprend assez largement le dispositif du Piège diabolique : centrer l'action sur le professeur Mortimer, explorateur risque-tout et passeur d'univers, en laissant le capitaine Blake dans les marges du récit. Deux autres influences irriguent ce magnifique album : Jules Verne et son Rayon vert, et le Bruxelles Art nouveau. C'est en effet dans le mythique palais de justice qu'un ami de Mortimer découvre une crypte contenant le bureau de l'architecte Poelaert. Il y entraîne le savant pour ouvrir une boîte de Pandore, un champ magnétique qui ravage la ville et coupe toute l'électricité sur Terre. Blake et Mortimer, vieillis, tentent d'arrêter le phénomène avant l'intervention atomique de militaires expéditifs. Dans un Bruxelles abandonné comme Tchernobyl, habité d'enfants sauvages, Mortimer va retrouver un mystère croisé dans La Grande Pyramide... Étonnante intrigue très dense et qui fonctionne très bien, servie par un Schuiten exubérant aussi à l'aise dans les perspectives architecturales que pour magnifier la psychologie des personnages et leurs silhouettes de héros fatigués. La conclusion mi-apocalyptique mi-écologique est presque un passage de relais pour les jeunes générations.
20190901, par Olivier Piffault (publié dans La Revue des livres pour enfants n°308)