• Suivez nous sur :
  • Facebook
  • Print
urbi.jpg
Bandes dessinées
urbi.jpg

Les Cités obscures. La Fièvre d’Urbicande

François Schuiten ; Benoît Peeters
[Bruxelles] ; [Paris] : Casterman, DL 2020.
ISBN et Prix: 
ISBN 978-2-203-20292-4 (rel.). - ISBN 2203202920 (rel)
À partir de 11 ans
Notre avis: 

Voici un des albums les plus emblématiques des « Cités obscures », prépublié en 1983 dans le mythique magazine À suivre, prépublié en noir et blanc en 1983. Les auteurs ont décidé de revenir, 37 ans après, sur cet album que Schuiten avait envisagé en couleur, comme le précédent Murailles de Samaris, puis dessiné en noir et blanc, inaugurant un style plein de magie, où l'architecture du trait dialoguait avec le contenu des histoires. Ils ont confié la couleur à un graphiste belge, spécialiste des réinterprétations d'images iconiques, et le résultat est plein d'intérêt. Loin de la colorisation récente d'un Tintin au pays des soviets par exemple, on est ici sur une recréation, qui touche à la structure même de l'œuvre. Schuiten construisait décors, ambiances et teintes par son trait détaillé et très géométrique, proche de la gravure dans ses effets : Durieux impose de nombreux aplats qui masquent souvent ces traits, plaçant les personnages au cœur de décors allégés et de ciels épurés, on a l'impression d'un autre univers. Le récit reste magistral, et possède autant de force que de pertinence à être mis en avant en notre période de confinement. Car la fièvre d'Urbicande, c'est le bouleversement temporaire et total d'une société, par l'apparition d'une « maladie » inconnue, le Réseau, qui vient envahir la ville à l'échelle des individus, de leurs chambres, leurs rues, leurs ateliers... Le Réseau suscite la curiosité, puis la panique, libère les conventions et ouvre une nouvelle manière pour la société de se vivre et se regarder. Puis il se retire, tout aussi mystérieusement et laisse derrière lui les feuilles mortes des rêves de « monde d'après ». Eugen Robick, propulsé prophète du phénomène, est porté au pinacle puis voué aux gémonies. L'écho de la pandémie de 2020 rend cet album toujours actuel, porté par cette couleur décapante. - Le 20201201, par Olivier Piffault (publié dans La Revue des livres pour enfants)