• Suivez nous sur :
  • Facebook
  • Print
la_fleur_perdue_du_chaman_de_k.jpg
Romans
la_fleur_perdue_du_chaman_de_k.jpg

La fleur perdue du chaman de K : un incroyable voyage des Andes jusqu’à l’Amazonie

Davide Morosinotto ; traduit de l'italien par Marc Lesage
Paris : l'École des loisirs, DL 2021
ISBN et Prix: 
978-2-211-31130-4 (br.) : 18 EUR
À partir de 13 ans
Notre avis: 

Écrivain surdoué, le terme n'est pas trop fort pour qualifier Davide Morosinotto apparu dans le paysage du livre jeunesse en 2018 et qui en trois ans nous a donné pas moins de trois romans d'aventures, splendides et inventifs. « Des histoires de fleuves et d'aventures, racontées de vive voix par les personnages principaux, avec un travail graphique quelque peu expérimental », dit-il dans sa postface. Nous sommes au Pérou en 1986 et Laila, fille d'un diplomate finlandais, doit être hospitalisée. On lui diagnostique une maladie incurable qui va progressivement lui faire perdre la vision, puis ses capacités motrices et mentales. Mais avant de seulement concéde à se soigner, Laila fait une rencontre (le jeune orphelin El Rato) doublée d'une découverte (un journal scientifique). Ce qui va bientôt la lancer sur la piste d'une fleur rare, capable de guérir tous les maux. L'écriture sensible campe des personnages attachants, en particulier celui d'El Rato. D'électron libre, fuyant, il devient un compagnon fiable qui, contrairement à certains adultes, reconnaît et accepte que Laila soit malade, que son état s'aggrave et qu'elle ait besoin d'aide, de son aide à lui. La quête de soi est au centre d'un récit éminemment magique. - Le 20210401 , par Emmanuelle Kabala (publié dans La Revue des livres pour enfants 318)