• Suivez nous sur :
  • Facebook
  • Print

Conférences - Livres scolaires et documentaires

« Composer des bibliothèques pour la jeunesse » : livres d'école et littérature de jeunesse au XVIIIe siècle

par Emmanuelle Chapron, professeure en histoire moderne à Aix Marseille Université, membre junior de l'Institut universitaire de France, est spécialiste d'histoire du livre et des bibliothèques, ainsi que de l'histoire des mondes savants à l'époque moderne

(conférence du 17 novembre 2017)

Les historiens du livre et de l'éducation s'accordent généralement pour situer au XIXe siècle la naissance du manuel scolaire et de la littérature de jeunesse. Dès la fin du XVIIe siècle pourtant, la production pédagogique a contribué à façonner des carrières marchandes, à faire évoluer la grammaire typographique, à donner naissance à une nouvelle figure d'auteur, l'« ami des enfants ». À travers l'exemple des petites écoles rurales, puis en suivant la trajectoire éditoriale du Robinson Crusoé, on montrera comment le XVIIIe siècle a « composé des bibliothèques pour la jeunesse », selon le mot de Goethe. 

Les livres d’histoire destinés aux écoles et aux familles publiés par les éditeurs catholiques en France, de 1814 à 1914

par Christian Amalvi, professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paul-Valéry de Montpellier 

De 1830 à la fin du XIXe siècle, le monde de l'édition pour la jeunesse semble strictement délimité : à Hachette, le secteur des classiques de l'éducation ; à Hetzel, celui du roman d'anticipation scientifique et d'exploration des continents ; enfin, aux maisons confessionnelles provinciales - notamment Mame à Tours - la production de masse d'ouvrages historiques bon marché destinés à l'édification du foyer familial. L’interrogation portera sur la sociologie des auteurs de ce monde catholique, sur le contenu du message diffusé dans la société, sur les images qui accompagnent ces ouvrages à forte dimension morale et religieuse.

Conférence du 14 mars 2008. Attention, cette rencontre ayant été enregistrée "avec les moyens du bord", les conditions d'écoute ne seront pas forcément optimales. Toutes nos excuses pour ce désagrément.

1ère partie : 

2ème partie : 

 

La pédagogie par l'image aux temps de l'imprimé, XVI-XXe siècle

par Annie Renonciat, professeur des universités, INRP (Rouen) et Université Paris Diderot, responsable du pôle « Histoire et Patrimoine de l'Éducation », INRP (Rouen)

Dans la tradition scolaire française, comment est-on passé de l'image source d'erreur et de distraction à l'image auxiliaire et support d'enseignements ? L'étude de l'évolution des pratiques et des mentalités confrontera, du XVIe au XXe, milieu scolaire et éducation familiale

 Conférence du 20 mai 2011. Attention, cette rencontre ayant été enregistrée "avec les moyens du bord", les conditions d'écoute ne seront pas forcément optimales. Toutes nos excuses pour ce désagrément.

1ère partie :  

2ème partie :  

 

Des livres « utiles » pour les enfants : l'importance du prix Montyon au XIXe siècle

par Francis Marcoin, professeur de littérature àl'Université d'Artois, Arras, directeur de l'unité de recherche « Textes et Cultures »

À partir de la Restauration, deux sortes de prix Montyon sont décernés chaque année par l'Académie française : les uns, dits "de vertu", récompensent de bonnes actions accomplies par des personnes de milieux modestes, les autres, dit "d'utilité", récompensent des ouvrages propres à répandre les idées de bien ou de progrès. La morale et l'économie domestiques sont ainsi mises au premier plan, permettant aux auteurs de livres d'éducation d'être primés. Il n'est alors pas question de "littérature de jeunesse" mais la forme romanesque va de plus en plus l'emporter, illustrant l'évolution des politiques de lecture et l'irrésistible progression d'un secteur récréatif de moins en moins soumis aux lois de l'instruction.

Conférence du 13 février 2009.  Attention, cette conférence ayant été enregistrée "avec les moyens du bord", les conditions d'écoute ne seront pas forcément optimales. Toutes nos excuses pour ce désagrément.

1ère partie :  

2ème partie :