• Suivez nous sur :
  • Facebook
  • Print

Focus sur... les nouveaux contours de la violence

À l’occasion de la sortie du n° 305 de la RLPE, petit focus sur cette question brûlante - de la violence sociale à la violence littéraire (et inversement). Journée d’étude, présentation du numéro, articles et bibliographie... voici quelques traits d’esquisse des nouveaux contours de la violence.

 

Dernier numéro : Les nouveaux contours de la violence - N° 305

La Revue des livres pour enfants n°305 - Les nouveaux contours de la violence« Mais ce livre est bien trop violent pour des enfants ! »
Allez, nous l’avons tous rendue une fois ou l’autre, cette sentence définitive. Mais que disions-nous là, au fond ? Que nous savions avec précision mesurer la violence possible et impossible pour un enfant de tel ou tel âge ? Que cette mesure était universelle et assurée ? Et immuable ? Que le monde de l’enfance est étranger à la violence ? Non sans doute.

Mais se poser ces questions est une utile façon de se redire à quoi servent la littérature et la culture. Et accepter que la violence, celle des images plus que des mots, celle des contes et des mangas, celle des colères enfantines et des exclusions sociales – comme celles qui poussent une bibliothèque à fermer ses portes de désarroi – est une question mouvante et qui nous concerne

>> Consultez le sommaire et l'édito

Bibliographie

Pour accompagner le dossier du numéro 305, une bibliographie éditée par le CNLJ propose une sélection d’ouvrages classés en fonction de leur thématique ou de leur traitement narratif de la violence: les violences relationnelles (en couple, entre amis ou en famille), l’environnement comme producteur de violence (l’école, internet, le contexte politique ou encore le cadre naturel), la violence du geste (envers les autres, envers soi-même), la violence dans les contes, ainsi que des romans retraçant des parcours de renoncement ou d’échappatoires à la violence.

Enfin, quelques documentaires proposent d’aborder le sujet avec les enfants.

"On est content que vous soyez là"

Bibloithèque Assia Djebar - source - page Facebook de la bibliothèqueDans ce dossier figure un entretien avec Sylvie Kha, directrice de la bibliothèque Assia Djebar (Paris XXè siècle), et Matthias Hérodin, responsable de son pôle ados - jeunes adultes. Marie Lallouet et Virginie Meyer, qui avaient mené l'interview, reviennent sur celui-ci.

"Comme un calendrier de la violence... Décidé au début de l'été 2018, le programme 2019 de la revue avait inscrit pour les premiers jours du printemps un numéro sur le thème de la violence. C'est avec l'automne que nous avons commencé à en bâtir le sommaire, un peu éberlués de voir combien le thème envahissait nos samedis. Mais 9 pages  tiennent une place à part parmi les 70 que compte ce dossier.
Le 25 janvier, nous nous rendions à la  bibliothèque Assia Djebar, dans le XXème arrondissement de Paris. La plus jeune des bibliothèques parisiennes venait  de souffler sa première bougie et nous voulions retracer cette première année avec Sylvie Kha, sa directrice, et Matthias Hérodin, son responsable des publics ado et jeunes adultes. Une première année qui mène de la bibliothèque telle qu'on l'a rêvée, conçue, inventée à la bibliothèque telle qu'elle se met à exister en vrai, avec un vrai public. Nous sommes sortis impressionnés de cette rencontre. Des obstacles heurtés et dépassés, Un coin de ville où il n'y a rien d'autre pour les  adolescents. Des adolescents qui entrent là quand ils  n'entrent plus nulle part ailleurs. Plus même à l'école. A qui l'on dit  qu'ils sont les bienvenus, que l'on est content qu'ils soient là.
Mais comment une bibliothèque, aussi courageuse soit-elle, suffirait-elle à réparer une ville ?
Six jours plus tard la bibliothèque Assia Djebar, théâtre de débordements, est resté close, elle le restera dix jours durant. Pourtant, Sylvie Kha et Matthias Hérodin n'ont rien retiré à leur propos et aujourd'hui la belle bibliothèque est à nouveau ouverte. Pour l'ensemble de l'équipe, le souci de l'accueil et de la médiation reste intact.
"

Retrouvez toutes les infos de la bibliothèque Assia Djebar sur sa page Facebook.

Journée d'études - Enfants violents

Interview, lectures croisées, retours d'expérience... le dossier du n° 305 a bénéficié de l'apport de plusieurs membres de l'équipe du centre Paradoxes. Dans ce cadre, l'Institut psychanalytique de l'Enfant organisait le 16 mars 2019 sa 5è journée d'étude, intitulée Enfants violents.

Quelles sont les conditions subjectives, politiques, sociales et institutionnelles de l’émergence des phénomènes de violence chez l’enfant et l’adolescent ? Cette journée d’étude avait à cœur de les situer et de repérer les leviers de l’efficace de l’orientation lacanienne pour y répondre dans les cures et dans les institutions. 

A retrouver sur le site de l'Institut, l'argument de la journée d'étude, son programme, ainsi qu'une bibliographie. Vous pouvez aussi consulter la newsletter qui diffusait les travaux en cours en préparation.

Et pour aller plus loin...

Il y a 3 ans, la RLPE publiait un article de Sandra Jarry reprenant son intervention prononcée lors d'une journée d'étude organisée par la Petite Bibliothèque Ronde. Retrouvez-le ici.

En 2013, le CNLJ établissait une bibliographie consacrée aux violences faites aux femmes et aux filles. Cette bibliographie, établie à la demande du Réseau d’Arcueil de lutte contre les violences intrafamiliales ou violences faites aux femmes, regroupe 36 références d’ouvrages pour enfants et adolescents dans lesquels des filles et des femmes subissent des violences.